L’association Respire porte plainte contre la RATP

L’association de défense de l’environnement annonce ce mardi le dépôt d’une plainte contre la RATP pour manque de transparence quant à la pollution de l’air dans les stations de métro. 

Après avoir mesuré à plusieurs reprises le niveau de pollution de l’air dans les stations de métro, l’association Respire a annoncé ce mardi le dépôt d’une plainte contre la RATP pour « tromperie aggravée » et « blessures involontaires ». L’association anti-pollution dénonce dans son communiqué « un manque de transparence » et ajoute que « l’ensemble des usagers des transports en commun parisiens sont exposés à des risques sanitaires considérables ». La RATP s’abstient (délibérément selon eux) « d’alerter les usagers sur les risques qu’ils encourent ».

 À la fin du mois de janvier, Respire révélait déjà une étude sur le sujet dénonçant des « chiffres trompeurs » de la part de la RATP concernant le niveau de pollution de l’air, notamment en particules fines dans les stations de métro. « Tous les usagers des transports en commun parisiens sont liés à la RATP par un contrat de prestation de services de transport. À ce titre, cette dernière est tenue, à leur égard, d’une obligation générale d’information, mais également d’une obligation de sécurité de résultat, laquelle incombe à tout transporteur de voyageurs » déclare aujourd’hui Olivier Blanc, le directeur de l’association à l’AFP.

L’association pointe également du doigt les différents matériaux de mesure de la RATP qu’elle juge comme « mal entretenus et peu performants ». 

La RATP dément

De son côté, la RATP nie en bloc. En janvier 2021 suite à la parution de l’étude de Respire, le groupe avait déjà réagi aux accusations dans un communiqué« Nous utilisons des capteurs de référence, entretenus régulièrement » affirmait notamment le groupe en ajoutant que « les outils portatifs utilisés par l’association Respire ne permettent pas de donner des mesures comparables avec nos analyses »

Après ce dépôt de plainte, la RATP a de nouveau démenti, notamment sur Twitter. Le groupe assure que « la qualité de l’air du réseau souterrain fait l’objet d’un suivi très scrupuleux et tout à fait transparent ».

Après l’étude de Respire, la région Île-de-France avait missionné Airparif pour la réalisation d’une « étude indépendante ».

Yassine Ben Amor

À LIRE AUSSI: NEW DELHI UNE NOUVELLE FOIS ÉLU VILLE LA PLUS POLLUÉE DU MONDE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s